Conférence de Joëlle Ginestet : Jean Boudou et l'entre deux


















Joëlle Ginestet, Maître de Conférences en littérature occitane nous donne l'autorisation de publier l'enregistrement de la conférence qui a eu lieu à la médiathèque, mercredi 7 octobre 2015. Vous pouvez en écouter l'intégralité par le biais du mini-lecteur ci-dessous. Nous vous souhaitons un bon moment dans l'oeuvre de Jean Boudou, commentée dans la langue qui est nôtre !

En guise de mise en bouche, nous n'avons pu résister à une introduction (1:45) caractéristique de nos retrouvailles linguistiques : le monde arrive, se reconnaît, s'interpelle. Ecoutez...

     

Vous pouvez suivre les lectures en cliquant sur l'image ci-dessous.



Conférence de Joëlle Ginestet 

Maître de Conférences en littérature occitane (Université Toulouse Jean Jaurès)


Accompagnement de lectures et chants

par Lore, Obeline, Anne, Flavien et Francis.


Mercredi 7 octobre 2015
20H30
Bibliothèque municipale

Jean Boudou et l’entre deux

Joan Bodon e l’entre dos
Il y a quarante ans que Jean Boudou a disparu. Bilingue, il a élaboré son œuvre en langue occitane en proposant parfois des versions en français, né entre les deux guerres, passant de la poésie au conte, il a peu à peu créé des personnages romanesques qui sont le plus souvent en mouvement : ils vont devoir partir et vivent durement la possible séparation, ils voudraient bien tout quitter mais ne peuvent s’y résoudre, ils reviennent au pays si transformés et lucides qu’ils n’arrivent plus à s’y intégrer,… Contes del meu ostal (1951), Contes dels Balssàs, « Lo pan de froment » (1953), La Grava sul camin (1956), La Santa Estèla del centenari (1960), Lo Libre dels Grands Jorns (1964), Lo Libre de Catòia (1966), Res non val l’electro-chòc (1970), La Quimèra (1974), Contes del Drac (1975) ; et les publications posthumes Las Domaisèlas (1976), Contes de Viaur (1989), La Cançon del paìs, 1948 (2012) proposent l’écriture d’un exil intérieur où la langue de création prend une étrange vigueur pour défier le silence et les certitudes identitaires.

Fa quaranta ans que Joan Bodon desapareguèt. Bilingüe, elaborèt son òbra en lenga occitana en prepausant unes còps de versions en francés, nascut entre las doas guèrras, passant de la poësia al conte, creèt pauc a pauc de personatges romanèscs que son lo mai sovent en camin : lor va caler partir e vivon rudament la possibla separacion, lor agradariá de tot o daissar sens se determinar a o far, tòrnan al país talament trasformats e clarvesents que arriban pas a s’i integrar,… Contes del meu ostal (1951), Contes dels Balssàs, « Lo pan de froment » (1953), La Grava sul camin (1956), La Santa Estèla del centenari (1960), Lo Libre dels Grands Jorns (1964), Lo Libre de Catòia (1966), Res non val l’electro-chòc (1970), La Quimèra (1974), Contes del Drac (1975) ; et les publicacions postumas Las Domaisèlas (1976), Contes de Viaur (1989), La Cançon del paìs, 1948 (2012) prepausan una escritura de l’exilh del dedins ont la lenga de creacion pren un vam estranh per desfisar lo silenci e las certituds identitàrias.